La philosophie nous confère-t-elle plus d’intelligence ?

Auxane Gasnot TS7-2017- Saint-Marc

images 1.jpg

Introduction

   La philosophie est une réflexion critique sur tous les sujets qui concernent l’Homme ; elle fait preuve de sagesse et d’esprit critique. Elle implique une prise de conscience des problèmes et exige une préparation de l’esprit. L’intelligence se définit comme la capacité de comprendre des relations entre des faits, les phénomènes. Elle utilise notre raison et se fonde sur des savoirs que nous avons acquis au cours de nos expériences passées. Le but de l’intelligence est d’éclairer nos connaissances par notre logique, notre raison. André Gide définira l’intelligence comme “la faculté d’adaptation”. D’abord, nous verrons que la philosophie nous permet de devenir plus intelligent ; cependant, ce n’est pas le seul moyen ; enfin nous monterons comment la philosophie peut accomplir son but de nous rendre intelligent.

     D’une part, la philosophie nous permet d’acquérir des connaissances. Par conséquent, plus nous avons de connaissances, de savoirs, plus nous pouvons laisser notre raison s’exprimer. C’est en ce sens que Descartes nous dit dans ses Principes de la philosophie que le philosophe n’est pas celui qui sait, mais celui qui est en quête du savoir, puisque tout savoir est limité. C’est aussi ce que nous dit Aristote quand il affirme que “le philosophe est celui qui sait le plus de choses possibles”. Donc, plus nous philosophons, plus nous nous interrogeons sur le monde qui nous entoure, plus nous avons de savoirs et par conséquent, plus nous sommes à même de comprendre les phénomènes. Donc, plus nous pourrons exercer notre raison, et à force d’efforts, devenir plus intelligent. En effet, s’exprimer avec la raison est un travail constant qui demande des efforts de façon continuelle afin d’accéder au progrès de notre intelligence.

   D’autre part, la philosophie permet de laisser parler notre raison : c’est une construction rationnelle de notre intelligence. C’est en ce sens que Husserl nous explique dans ses Méditations cartésiennes que la philosophie permet une construction rationnelle originale qui nous aptes à développer notre intelligence rationnelle. Cela permet un changement qualitatif chez la personne qui fait cet effort grâce à l’élévation de l’esprit qu’il a obtenue par la culture savante. La philosophie est une base pour créer une réflexion, et donc elle nous amène à acquérir plus de connaissances et, donc, en même temps, à devenir plus intelligents. C’est en ce sens que Kant nous dit dans sa Critique de la raison pure qu’il existe deux mondes différents. Le premier est le monde des phénomènes naturels dans lequel nous vivons et le second est hors de l’espace et du temps ; il s’agit du monde intelligible. Le passage de l’un à l’autre n’est possible que grâce à l’usage de la raison. Par conséquent, le progrès de l’intelligence de l’homme dépend de l’usage de sa raison et, par conséquent, de sa capacité à philosopher.

images 2.jpg

Socrate ou la pensée en acte au quotidien

     Par ailleurs, la philosophie nous pousse à nous dépasser pour devenir savant : les philosophes sont des chercheurs de sens qui sont, cependant, en désaccord sur la manière d’appréhender le monde et les phénomènes. La philosophie contient le savoir universel. Par conséquent, plus un Etat possède de philosophes, plus il est éclairé, et plus il est capable de créer des innovations et de progresser scientifiquement ou technologiquement. Donc, plus l’Etat possède de philosophes ou de scientifiques, plus il va faire avancer le progrès grâce à des inventions ou des nouvelles réflexions sur le monde. Par conséquent, le pays sera plus à même d’aider ses citoyens à devenir plus cultivés et plus intelligents. Donc, la philosophie aide bien à être plus intelligents.

     Cependant, philosopher n’est pas le seul moyen d’accroître notre intelligence. En effet, cela peut se faire grâce à l’art, aux mathématiques ou encore aux sciences. De plus, le but premier de la philosophie n’est pas de rendre plus intelligents les êtres humains. Celle-ci doit en effet nous permettre d’accéder à un monde supérieur, différent du monde des opinions, des préjugés et des peurs dans lequel la plupart de nous vivent. En outre, comme le disait Ludwig Joseph Wittgenstein : “la philosophie a pour but de rendre claires et de délimiter rigoureusement les pensées qui autrement sont troubles et floues”. Par conséquent, la philosophie doit nous aider à améliorer les performances de notre raison afin de nous permettre de penser par-nous mêmes. En outre, la philosophie a également pour but de changer la société dans laquelle nous vivons. C’est en ce sens que Karl Marx dans son oeuvre Per Leintende Artikel ou Thèses sur Feuerbach, nous explique que la philosophie, qui était devenue idéaliste, doit être ramenée sur Terre, parmi les Hommes, afin de changer les réalités sociales et économiques. Ce changement permettra d’améliorer les conditions de vie des Hommes. La philosophie a donc pour mission d’aider l’humanité à avancer et non pas forcément de rendre plus intelligents.

     De plus, les machines sont dites intelligentes, et donc dotées d’une intelligence artificielle puisqu’elles sont autonomes et programmées pour fonctionner sans la main de l’homme. Cependant, une machine n’est rien de plus qu’un ensemble mécanique, elle n’est donc pas dotée d’une raison, elle ne peut par conséquent pas philosopher. Donc, puisqu’elle ne philosophe pas, pourquoi serait-elle qualifiée “d’intelligente” ? De même, il existe une certaine forme d’intelligence chez les animaux, comme par exemple, leur capacité à se servir d’outils pour manger ou à laver leurs nourritures. Ces capacités ont été développées à partir d’un seul individu et se sont transmises à toute une tribu, puis se transmettent d’une génération à une autre. De plus, rappelons nous que l’intelligence a été définie comme la capacité de s’adapter à son environnement. Par conséquent, cet animal peut être qualifié d’être vivant intelligent. Mais comment le premier individu peut-il acquérir l’intelligence nécessaire à ces modifications s’il ne philosophe pas ?

images.duckduckgo-1.jpg

can-stock-photo_csp28744110.jpg

Le cercle des sujets de la pensée philosophique

     Enfin, il existe différents types d’intelligence comme l’intelligence manuelle, intellectuelle, artistique ou sociable. L’intelligence peut être acquise grâce à la fonction que nous exerçons : par exemple, au fur et à mesure que nous exerçons une profession, nous devenons de plus en plus intelligents dans ce domaine et de plus en plus avides de connaissances. Car ce sont des sujets qui nous intéressent. Mais cet accroissement de notre intellect n’est pas dû à la philosophie seulement, mais à notre intérêt pour ce que nous exerçons. Toutefois, ce type d’intelligence peut aussi être innée, comme par exemple, l’intelligence artistique. Combien d’entres nous savent parfaitement chanter ou dessiner depuis qu’ils sont enfants sans jamais avoir pris un cours de chant ou de dessin ? Par conséquent, il existe des types d’intelligences qui ne progressent pas grâce à la philosophie, comme l’intelligence artistique ou sociable.

       Finalement, la philosophie nous permet de nous évader du monde sensible, qui est celui des opinions, des préjugés, et des illusions pour atteindre le monde intelligible grâce au progrès de notre esprit. Pour les quelques personnes d’entre nous qui réussissent à opérer ce changement, ils vont se libérer du monde des ombres pour accéder au monde de la lumière, qui est celui des connaissances et de la raison. Ce monde permet de comprendre les phénomènes, d’établir des liens entre eux et, par conséquent, de devenir plus intelligent.

     C’est en ce sens que Platon, dans son allégorie de la caverne extraite de La République, (livre VII), nous explique la vie d’un prisonnier, enchaîné devant un mur, qui n’a d’autre choix que de regarder les ombres projetées par un feu. Ces ombres représentent ce qu’il pense connaître du monde et qui ne sont qu’illusions. Cependant, s’il parvient à se libérer de ses entraves et qu’il commence son ascension vers la lumière, il se rendra compte de ce qui lui reste à apprendre. S’il parvient à habituer son cerveau à la lumière du soleil, ce qui symbolise la connaissance et la raison, un changement qualitatif va s’opérer en lui. C’est donc en ce sens que la philosophie nous rend plus intelligents : elle fait de nous des êtres raisonnables, capables d’avoir une réaction rationnelle sur le monde qui nous entoure et sur tous les phénomènes qui le composent.

791608b685_37516_le-penseur-satyakamk-penes-voladores-wiki-cc-30.jpg

Auguste Rodin « Le penseur »

Publicités

2 réflexions sur “La philosophie nous confère-t-elle plus d’intelligence ?

  1. pierrebamony dit :

    Ok, mais la philosophie, ni aucune discipline ne doit pas être considérée comme supérieure en terme d’épanouissement intellectuelle. Pour ma part, c’est l’effort de l’esprit qui nous pousse dans le bon sens, de la même façon qu’un marathonien refuse de voir sa propre souffrance, et par ce bien avance et même progresse !
    Il ne faut voir aucune prétention ou sous-entendu dans cette réponse
    a+
    Franz
    franz.peterrochard@gmail.com

  2. pierrebamony dit :

    Bonjour Franz,

    Je suis tout fait d’accord avec ta thèse, Franz. Notre intelligence est le fruit de notre travail personnel, de notre volonté d’arriver à un niveau d’intelligibilité élevé des phénomènes naturels et humains.
    Toutefois, ce qui est singulier avec la philosophie tient au fait qu’en l’espace de quelques mois de formation philosophique, de jeunes intelligences sont capables, s’ils consentent aux durs efforts, à la rigueur implacable du raisonnement philosophique, de cultiver leur intelligence rationnelle. Car la philosophie s’adresse essentiellement à leur intelligence abstraite au même titre que les mathématiques. La seule différence tient à ceci : les outils de ces dernières sont les symboles et ceux de la philosophie sont les concepts.
    En fait, la réponse de cette jeune personne, toute en nuance, vise à montrer que, si consent au dur travail des concepts et de l’abstraction, même si la philosophie est une discipline de la raison abstraite, toujours nouvelle pour les élèves des classes terminales (auparavant, n’ayant jamais pratiqué quelque chose qu’on appelle la philosophie, ils n’avaient à son sujet que des préjugés), on peut arriver à faire usage de sa raison au même titre que les adultes ; parfois mieux que certains d’entre eux.
    Donc, ce n’est pas en termes de supériorité de la philosophie qu’on peut comprendre l’analyse de cette jeune personne, mais de prouesse des jeunes intelligences des classes terminales. En effet, la philosophie est à l’origine de toutes les sciences de la raison et/ou théoriques (hormis la techno-science contemporaine). Par rapport à celles-ci, y compris les mathématiques par lesquelles les philosophes du XVIIe siècle ont ouvert la vision du monde moderne, la philosophie propose des visions rationnelles et théoriques du monde, de notre monde moderne qui ne sont pas aisées à comprendre pour la majorité des gens ; à plus forte raison des jeunes élèves. C’est ce qui fait la difficulté intellectuelle et la complexité de la philosophie. Et tel est aussi le sens de l’analyse de cette jeune personne.
    Je suis heureux d’avoir échangé avec toi. Et j’espère que nos débats vont se poursuivre. Ils sont parfois nécessaires pour nous enrichir mutuellement sur des thématiques données de notre vie.
    Bon courage pour les épreuves du Baccalauréat et bel été si on ne se revoit pas.

    Pierre Bamony

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s