La décadence, Deuxième Partie. Un exemple : splendeur, gloire et chute de l’ordre des Templiers en France et dans le royaume franc de Palestine

 

Apocalypse_vasnetsov.jpg

La puissance des armes est l’unique cause de la décadence des cultures et civilisations

Introduction : la décadence obéit-elle à une loi physique ou bien n’est-elle que l’effet des actions humaines ?

     Pendant nos prîmes années d’étudiant en Philosophie à Paris IV-Sorbonne, nous avions inconsciemment tellement renoncé à la vie de notre corps que nos camarades et amis de l’université nous appelaient, avec raison sans doute, « le rat de bibliothèque ». En effet, nous fréquentions assidûment les riches bibliothèques, ces temples du Savoir, de cette splendide et magnifique ville de Paris, dans l’intention d’explorer les sciences de toutes natures. Ce renoncement à la vie du corps avait un sens : comprendre, grâce aux livres et à la culture savante, le fait fondamental que toute chose soit vouée, comme par nécessité, à disparaître en ce monde. Or, nous découvrirons plus tard que ce ne sont pas dans les livres que nous avions trouvé l’explication possible de ce phénomène, mais en nous-mêmes. Car nous avions l’intention de découvrir un concept que les livres savants ont justement confirmé. Pour nous, toute chose est vouée à l’échec dans son essence de « persévérer en soi-même » (Spinoza, Ethique) éternellement par l’usure. Ce concept a permis de nous livrer à une démonstration théorique pour le prouver, pendant de longues années d’investigations. Celles-ci ont donné lieu à la publication du livre suivant : To Eskhaton, le triangle de la mort –Néantité – (Editions Thot, Grenoble, 2000).
Lire la suite

Publicités

Troisième Partie : Du meilleur des mondes à une réflexion sur la démocratie

zomia22.jpg

ZOMIA, Terre des hommes libres, égalitaires (Hommes et Femmes) et sans Etat. Donc les peuples peuvent s’auto-gouverner et les élites politiques sont superflues, inutiles

« A prendre le terme dans la rigueur et l’acception, il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais. Il est contre l’ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouverné. On ne peut imaginer que le peuple soit incessamment assemblé pour vaquer aux affaires publiques, et l’on voit aisément qu’il ne saurait établir pour cela des commissions sans que la forme de l’administration change » (Du contrat social, livre IV, chapitre III)

I- La méfiance des philosophes, penseurs des Institutions républicaines, par rapport au peuple comme corps souverain capable de s’auto-gouverner

george_orwell.jpg

Lire la suite

Le Meilleur des mondes reflète-il les réalités du temps présent ?

maxresdefault.jpg

Deuxième Partie

Le Meilleur des mondes reflète-il les réalités du temps présent ?

     « Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement plus angoissante : comment éviter définitivement cela ?… Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique, moins parfaite et plus libre » (épigraphe de l’ouvrage rédigé en français). Selon Aldous Huxley, « la vie marche vers les utopies ». À titre d’exemple, lorsque le concept de Robot été inventé par un écrivain tchèque, Karel Capek (1890-1938) ou par son frère Joseph Capek, dans les mêmes années que l’écriture du Meilleur des mondes, concept popularisé par l’œuvre magistrale Isaac Asimov (Fondation, les Robots etc.,), nul n’aurait pensé qu’un jour cette utopie allait devenir une réalité au point même de dépasser les réalités. Mieux, les robots sont devenus des voisins des hommes au quotidien.

Lire la suite

De l’art de gouverner les hommes, de les soumettre et de les abrutir. Thèse d’Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes ou une dystopie devenue réalité aujourd’hui

Introduction

 2deeef98c4d09186ef5d5b934587f60d.jpg

Huxley, un visionnaire ?

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux » Benjamin Franklin, l’un des « Pères fondateurs des Etats-Unis ».

« Ce sont donc les peuples mêmes qui se laissent, ou plutôt se font rudoyer, puisqu’en cessant de servir ils en seraient quittes. C’est le peuple qui s’asservit, qui se coupe la gorge, qui, ayant le choix d’être serf ou d’être libre, quitte sa liberté (abandonne) et prend le joug, et, pouvant vivre sous les bonnes lois et sous la protection des Etats, veut vivre sous l’iniquité, sous l’oppression et l’injustice, au seul plaisir de ce tyran. C’est le peuple qui consent à son mal, ou plutôt le recherche. S’il lui coûtait quelque chose à recouvrer sa liberté, je ne l’empresserai, – bien que, qu’est-ce que l’on doit avoir de plus cher que de se remettre en son droit naturel et, par manière de dire, de bête devenir homme ?…

Lire la suite

Femme, terre de l’Humanité

Eve, Mère de tous le vivants

Eve, Mère de tous le vivants

Introduction

   Et si toi, tu n’es pas cet objet que la publicité se complaît tous les jours à vendre dans tous les espaces disponibles. Au contraire, tu es la beauté sans prix, qui se situe au-delà de toute évaluation. Et si tu n’es non plus réductible à cet étalage de chair sur Internet, qui livre à tous les regards, innocents ou coupables, vierges ou initiés aux secrets de l’accouplement, les méandres, les profondeurs, les abysses de ton sexe ; au point de te réduire à n’être qu’un sexe du plaisir et non plus une personne qui a un sexe. Certes, le masculin en fait autant. Mais la nuance est éminente, s’agissant de toi, Femme. Cet étalage extrême de l’intimité de certains êtres humains est-il le fait de la liberté naturelle ou instinctuelle qui pousse le voyeurisme jusqu’au dégoût, à l’écoeurement même ? Qu’ont-ils encore à désirer les pèlerins du plaisir si ce qui est à conquérir, à découvrir est déjà tout donné sans beauté ni pudeur ?

aphrodite-pan

Aphrodite et Pan

   Et si tu n’es pas l’Aphrodite vulgaire de Pausanias dans le Banquet de Platon, éprise d’aventures sexuelles, d’amour des corps sans souci de la qualité ; faite toute entière pour l’amour au hasard, qui recherche des partenaires peu intelligents, l’important étant de jouir du plaisir physique sous toutes ses formes ?

Lire la suite

Une théorie de philosophie prospective de la fin de la vie humaine sur la terre

planc3a8te-nibiru-2016-fin-du-monde

La FIN possible de l’Humanité sur notre commune Terre

Introduction

   Dans l’absolu, à l’instar de Jésus Christ, qui a refusé de se prononcer clairement sur le moment précis de la fin des temps, laissant à Dieu seul le soin de décider de l’ultime fin du Monde, entendu à la fois comme manifestation des phénomènes physiques et comme réalités humaines, nul être humain n’est en mesure de la connaître aussi. Tel est le sens de ses paroles : « Quant à la date de ce jour, et à l’heure (la fin du monde), personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père seul » (La Bible de Jérusalem, Mt 24, 36).

       Nous savons qu’en raison des bornes de notre raison, fille superbe de notre conscience, qui est elle-même un hublot ridicule de notre cerveau sur le monde, aucun être humain, quelles que soient l’ampleur et la profondeur de son génie, n’est pas capable de savoir avec exactitude ce qu’est la Fin ultime ni ce qu’est le commencement absolu. Etant nous-mêmes, descendants de l’Homo Sapiens, fruits de l’expansion de l’univers il y a, dit-on aujourd’hui, 13 milliards 700 millions d’années, nous les derniers venus de cette Histoire universelle, nous sommes comme situés au milieu du gué.

Cependant, même si nous savons, par ailleurs, que notre intelligence est essentiellement réactive par rapport aux accidents que notre action ou notre volonté cause à la Nature, ou aux uns et aux autres, nous sommes seulement en mesure de penser les phénomènes. Et nos analyses concernant le destin des descendants d’Homo sapiens – pourquoi pas ? – peuvent s’inscrire dans le sens fondamental d’une philosophie prospective, non pas dans le sens des experts en économie qui prétendent révéler la réalité sur les futurs mouvements des marchés financiers. Il s’agit plutôt une contemplation pure des possibilités d’une temporalité grosse de demain en germe en elle suivant le destin que l’orgueilleuse Humanité inflige à tout ce qui est de façon inexorable. Tel est exactement le sens de ces deux extraits de livres.

Lire la suite

La suprématie des forces de l’esprit ou science mentalique sur la puissance physique ou militaire

8b490582d53cc0eb70c7a3a9a0b1c6eb_large

 Les forces de l’esprit ou science neuronique dans la Fondation

       Isaac Asimov : Terre et Fondation Tome V

I- Les raisons apparentes d’un exil

         Le quatrième volume du cycle de Fondation d’Isaac Asimov s’intitule Fondation foudroyée. Au regard de l’hyper puissance physique de la Première Fondation et des forces inouïes de la psycho histoire de la Seconde, on pourrait s’attendre à une espèce de cataclysmes intergalactiques. Or, l’auteur nous conduit à une toute autre fin ; plus subtile, plus pacifique et plus inattendue. En effet, les deux Fondations avaient atteint des sommets dans leurs sciences et leurs forces respectives. Et puisque ni l’une ni l’autre ne désirait être souveraine chez soi et assumer l’égalité dans la vaste Galaxie, les deux Fondations se sont engagées dans la domination suprême de l’une sur l’autre ; pire, dans la destruction de l’une ou de l’autre afin qu’une seule puisse assurer le règne du Empire galactique.

   Le quatrième volume s’ouvre sur un conflit doctrinal entre le jeune et intuitif conseiller, Golan Trevize, et Madame le maire Harlan Branno. De quoi s’agit-il ? Golan Trevize ne peut concevoir que le plan Hari Seldon conçu depuis le début de l’histoire galactique, c’est-à-dire soit précisément depuis le début de l’expansion de l’espèce humaine dans toute la Galaxie, soit encore en mesure, après tant de siècles, d’être aussi précis dans la prévision du déroulement des événements humains. Après chaque apparition de ce grand savant sous forme d’hologramme, il est toujours en mesure de révéler comment les choses se passeraient dans l’ensemble au cours des temps à venir ; voire d’en apporter des corrections, s’il y a lieu, de telle sorte que le cours de la psycho histoire ne soit pas déviant. C’est pourquoi, les membres de la Première Fondation, instruits dans la science du Plan Seldon travaillent dans le sens des corrections de celui-ci, de sorte qu’ils suivent toujours la logique de son cours. C’est cette logique si précise dans la prévision ou la prédiction des événements futurs proches et lointains qui pose un réel problème à la raison de Trevize. Selon lui, ou bien il y a une manipulation des données de ce Plan, ou bien il est trop parfait. Ainsi, les Premiers Fondateurs, ayant voué un culte à la véridicité de ce plan, en sont venus à le considérer comme un dogme, une doctrine quasi religieuse par rapport à laquelle on ne transige pas. Or, Madame le maire Branno étant elle-même dans une telle posture mentale, ne peut souffrir les doutes de ce jeune conseiller intrépide, bouillant et quelque peu arrogant en raison de son don d’intuition qui, dans un raisonnement, une analyse lui permet de parvenir très rapidement à des conclusions exactes, précises, voire irréfutables.

Lire la suite