La suprématie des forces de l’esprit ou science mentalique sur la puissance physique ou militaire

8b490582d53cc0eb70c7a3a9a0b1c6eb_large

 Les forces de l’esprit ou science neuronique dans la Fondation

       Isaac Asimov : Terre et Fondation Tome V

I- Les raisons apparentes d’un exil

         Le quatrième volume du cycle de Fondation d’Isaac Asimov s’intitule Fondation foudroyée. Au regard de l’hyper puissance physique de la Première Fondation et des forces inouïes de la psycho histoire de la Seconde, on pourrait s’attendre à une espèce de cataclysmes intergalactiques. Or, l’auteur nous conduit à une toute autre fin ; plus subtile, plus pacifique et plus inattendue. En effet, les deux Fondations avaient atteint des sommets dans leurs sciences et leurs forces respectives. Et puisque ni l’une ni l’autre ne désirait être souveraine chez soi et assumer l’égalité dans la vaste Galaxie, les deux Fondations se sont engagées dans la domination suprême de l’une sur l’autre ; pire, dans la destruction de l’une ou de l’autre afin qu’une seule puisse assurer le règne du Empire galactique.

   Le quatrième volume s’ouvre sur un conflit doctrinal entre le jeune et intuitif conseiller, Golan Trevize, et Madame le maire Harlan Branno. De quoi s’agit-il ? Golan Trevize ne peut concevoir que le plan Hari Seldon conçu depuis le début de l’histoire galactique, c’est-à-dire soit précisément depuis le début de l’expansion de l’espèce humaine dans toute la Galaxie, soit encore en mesure, après tant de siècles, d’être aussi précis dans la prévision du déroulement des événements humains. Après chaque apparition de ce grand savant sous forme d’hologramme, il est toujours en mesure de révéler comment les choses se passeraient dans l’ensemble au cours des temps à venir ; voire d’en apporter des corrections, s’il y a lieu, de telle sorte que le cours de la psycho histoire ne soit pas déviant. C’est pourquoi, les membres de la Première Fondation, instruits dans la science du Plan Seldon travaillent dans le sens des corrections de celui-ci, de sorte qu’ils suivent toujours la logique de son cours. C’est cette logique si précise dans la prévision ou la prédiction des événements futurs proches et lointains qui pose un réel problème à la raison de Trevize. Selon lui, ou bien il y a une manipulation des données de ce Plan, ou bien il est trop parfait. Ainsi, les Premiers Fondateurs, ayant voué un culte à la véridicité de ce plan, en sont venus à le considérer comme un dogme, une doctrine quasi religieuse par rapport à laquelle on ne transige pas. Or, Madame le maire Branno étant elle-même dans une telle posture mentale, ne peut souffrir les doutes de ce jeune conseiller intrépide, bouillant et quelque peu arrogant en raison de son don d’intuition qui, dans un raisonnement, une analyse lui permet de parvenir très rapidement à des conclusions exactes, précises, voire irréfutables.

Lire la suite

De l’impossibilité d’une science absolument exacte, dénuée d’erreurs, et de la quête continue de la Seconde Fondation Deuxième Partie

 le-second-cycle-de-fondation

I- Retour sur les limites du plan Hari Seldon

       Il est vrai que  le plan Seldon accuse quelques limites dans le déterminisme rigoureux des événements futurs, et comporte un facteur subtil et complexes qui semble avoir échappé à des générations d’hommes, même les plus avisés. Nous l’avons vu plus haut ; sa limite essentielle réside dans l’impossibilité de prévoir l’avènement des particuliers qui peut introduit quand même du désordre dans le déroulement déterminé de l’histoire de la fondation. Tel est le cas du Mulet. Le mérite de Hari Seldon est d’avoir compris, par déduction mathématique, le long mais de manière sûre le déclin de l’Empire galactique. C’est comme une sorte de paralysie annonciatrice de la fin définitive, surtout inéluctable de celui-ci. Il réussit cette prouesse grâce à la science de la psychohistoire, sciences mathématiques d’une infinie complexité dont il a emporté le secret dans sa disparition. En effet, avec le concours de ses collaborateurs psychohistoiriens comme lui-même, il sut prévoir l’évolution des grands courants socio-économiques qui allaient advenir dans la Galaxie pendant des millénaires. Entre autres – et à titre de rappel – l’effondrement de l’Empire sera suivi d’au moins trente mille années d’anarchie avant l’émergence d’un nouvel Empire.

Lire la suite

De la conquête perpétuelle du pouvoir politique et de ses crises récurrentes. Une brève analyse de l’oeuvre d’Isaac Asimov Fondation Première partie

Couverture des tomes

Introduction

     L’un des grands maîtres contemporains du genre littéraire qu’on nomme ordinairement la « science-fiction » est sans conteste Izaac Asimov. Il fut un auteur à la fois ingénieux, inventif et prolixe. Faire le tour de toute son œuvre demanderait une décennie de lecture assidue. Cependant, une majorité de ses lecteurs connaisse essentiellement le cycle des Robots et le cycle de Fondation dont un aspect nous intéresse ici.
Mais, d’abord, qu’est-ce qu’une science fiction ? C’est un genre narratif qui se fonde essentiellement sur des hypothèses relatives au passé et, surtout, au futur comme l’exprime clairement l’oeuvre d’Asimov. L’espace où l’action se passe peut être la terre, des planètes éloignées, des mondes parallèles etc. Généralement, elle se fonde sur des connaissances scientifiques et technologiques contemporaines. Tel est le cas des œuvres de Jules Verne, l’un des tout premiers auteurs de science-fiction de la fin du XIXe et du début du XX e siècle. Dans le cas des livres de cet auteur, il y a une dimension d’anticipation qui effleure l’intuition prédictive. Tel est le sens de son ouvrage De la terre à la lune, paru en 1865.
Dans le cycle Fondation d’Asimov, les récits et les intrigues se passent autour de voyages interplanétaires ou interstellaires dans un futur fort éloigné de nous. Ces récits, même s’ils sont fortement arbitraires et purement imaginaires, ont des rapports avec des théories astrophysiciennes de son temps ; d’autant plus qu’il était lui-même de formation scientifique. Dans ce cycle, les déplacements à travers les longues distances prennent une place centrale en raison de la vasteté de l’Empire interstellaire ou galactique dont Trantor est l’éminente Cité grandiose. Il en est de même de l’art militaire et de la nature des armes futuristes. Lire la suite