De 21 à 25 ans : le plus bel âge de la précarité

les-emplois-d-avenir-urgence-jeunes-chomeurs_reference.jpg

 

Mémoire de DCSF – Session 1996-1997 – Grenoble

Par Denis E.
Dirigé et corrigé par Pierre Bamony

INTRODUCTION

     Le rapport entre « jeune » et « exclusion » est difficile à définir puisque, à première vue, la jeunesse est un état de dépendance. Or, on remarque qu’actuellement, cette phase de vie tend à se prolonger, à s’amplifier à un point tel qu’elle devient un facteur ou un risque d’exclusion sociale. En effet, les jeunes ont de plus en plus de mal à accéder aux principaux attributs d’intégration de notre société : un emploi, un revenu, un logement indépendant…

   Le chômage est la cause de cette transformation. Les difficultés grandissantes que rencontrent les jeunes pour rentrer dans la vie professionnelle et s’y stabiliser, ont des conséquences importantes sur l’autonomie financière et matérielle qui est censée définir l’âge adulte. Par exemple, 30 % non diplômés ou titulaires d’un CAP-BEP sont, cinq ans après la fin de leurs études, sans emploi stable.

Lire la suite

Violences conjugales et problèmes existentiels : la vie humaine pas n’est une sinécure

30216608-concept-de-violence-mot-fond-de-nuage.jpg

Introduction

 

   D’un point de vue de La Bible, notamment le Premier livre de la Genèse, le monde est l’œuvre créatrice de Dieu. Et il a créé l’homme et la femme suivant l’idée d’une égalité puisqu’il est écrit « Homme et Femme il les créa ». Il les enjoint de se multiplier et de remplir la terre, avec intelligence et liberté, comme une « seule chair », c’est-à-dire, comme une communion et une totalité.

      Malheureusement, une autre version de l’Ancien Testament pose que Dieu, après avoir créé toutes choses, crée Adam. Se rendant que, seul, ce dernier est malheureux, malgré son statut de roi de la création, Dieu plonge ce dernier dans un sommeil profond. Il prend l’une de ses côtes et de celle-ci il crée Eve. C’est Eve quittera ses parents pour son mari auquel elle sera soumise et qui dominera sur elle (voir texte biblique). C’est cette dernière version que la tradition judéo-chrétienne et musulmane retiendra comme un fait institué par Dieu lui-même. Et c’est qui explique, depuis le IVe siècle après J-C, la domination sans partage, du masculin sur le féminin ; et l’une des figures ou des causes des violences faites aux femmes.

Lire la suite