Une victime expiatoire de la terreur des Etats nucléarisés du monde présent : l’Ukraine

La décision de V.V. Poutine de commettre des meurtres massifs en Ukraine vient nous rappeler brutalement et frontalement que le genre humain demeure toujours une frange barbare malgré le bel habillage de ses sciences et de ses technologies qui l’illusionne sur ce que peut être son état de progrès. Soit dit en passant, le genre humain véhicule continûment des périodes de troubles et de désordres généraux qui dépassent, dans leur manifestation, son entendement en réduisant à l’impuissance presque totale sa vision raisonnable et claire des phénomènes dont il n’est que la proie. Leur surgissement est toujours subreptice, leur manifestation désastreuse et incontrôlable. Sa logique de destruction des vies et des œuvres humaines est implacable. Et comme un ouragan, il dure autant que c’est possible, puis se retire comme il était venu, c’est-à-dire sans aucun contrôle ni maîtrise de la part du genre humain. En ce début du XXIe siècle, nous assistons, impuissants, à des prémisses, à des germes du fléau récurrent qui ravage l’Humanité peu sensible à de telles tragédies parce que ses calculs de prévision de tels phénomènes naturels sont erronés, sa raison morale et prédictive divertie et les impératifs de son corps le perd quasi totalement dans les recherches effrénées de ses plaisirs. (Lire la suite :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/une-victime-expiatoire-de-la-240235

Les sportifs s’engagent contre la guerre en Ukraine

Détruire est le propre du genre humain : cruauté, chaos, désordre, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s